Recherche par date
décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Archives

L'évolution, de l'Alpha à l'OmégaL’évolution de l’Alpha à l’Oméga* dévoile une conception étonnante et sans précédent de la réalité. Derrière le sujet apparent d’une discussion pour concilier foi et science autour de l’évolution biologique et humaine, ce sont les grandes questions qui hantent l’esprit humain depuis l’origine de l’humanité qui sont débattues: Qu’est-ce que le réel? Qui sommes-nous? D’où venons-nous? Où allons-nous?

L’évolution de l’Alpha à l’Oméga dévoile une conception étonnante et sans précédent de la réalité. Derrière le sujet apparent d’une discussion pour concilier foi et science autour de l’évolution biologique et humaine, ce sont les grandes questions qui hantent l’esprit humain depuis l’origine de l’humanité qui sont débattues: Qu’est-ce que le réel? Qui sommes-nous? D’où venons-nous? Où allons-nous?

L’ouvrage se divise en trois parties exposées sous la forme d’entretiens dialogués avec des interlocuteurs différents. La première partie intitulée : Du logos à l’atome veut répondre à l’inquiétude de Christian, un chrétien fondamentaliste, concernant l’incompatibilité présumée entre le récit de la création de la Genèse et le donné scientifique de l’évolution. L’auteur démontre que le conflit apparent entre évolution et création n’est pas fondé et que ces concepts sont en fait admirablement complémentaires.

Dans le deuxième volet titré : De l’atome au Fils de l’homme, le dialogue se poursuit avec Albert, un agnostique qui déconsidère la vision spirituelle de la réalité au nom de l’objectivité scientifique. L’auteur fait valoir que foi et science demeurent des connaissances relatives qu’une approche philosophique “quantique” permet de fusionner en des connaissances universelles étonnantes.

Le dialogue de la troisième partie : Du Fils de l’homme à Dieu, se prolonge en compagnie d’Ève, une femme travaillée par les exigences de la vie qui se questionne à propos de la souffrance, de la mort et du mal sur notre planète. L’auteur interprète que ces tragiques et incontournables conditions constituent un tremplin vers une vie toujours plus haute qui pointe en direction du corps humain immortel, fruit ultime et à venir de l’évolution.

Cet essai, , préfacé par le théologien et auteur bien connu, le Dominicain Benoît Lacroix, avance des solutions inédites aux problèmes de la pensée moderne et déplafonne les impasses culturelles de la civilisation occidentale. Il propose des interprétations décapantes, révélatrices, bouleversantes de la réalité, tant pour la spiritualité qu’au niveau des hypothèses scientifiques. L’ouvrage est destiné à un vaste public chercheur de vérité. Son contenu pourrait infléchir positivement l’évolution de l’humanité en ce qu’il ouvre des pistes inexplorées sur le sens de l’existence et une approche innovatrice du développement des connaissances. Il en résulte des découvertes existentielles inattendues, des solutions aptes à relancer l’humanité sur la voie d’un nouvel humanisme générateur de mieux être pour toute l’humanité.

Lire l’introduction

Écouter l’introduction lue par l’auteur

Lire la présentation de l’auteur lors du lancement

Format papier: * L’évolution de l’Alpha à l’Oméga, 622 pages  7″ x 9½ », 35 $

Livre numérique, format pdf ou epub, 17 $
(Cliquez pour la description des formats)

Choix de format


4 réponses à L’évolution de l’Alpha à l’Oméga

  • À la page 16 de votre volume, au centre, alors que vous décrivez le personnage d’Albert, vous dites qu’il ne fait pleinement confiance qu’aux données objectives de la recherche scientifique. Albert est agnostique. Je dirais qu’il est très matérialiste comme beaucoup de gens aujourd’hui et ne croit qu’en ce qui est tangible, palpable, concret. Tout probable qu’il n’a pas la foi. Il ne croit qu’en ce qu’il peut voir, entendre, toucher, goûter, sentir et ressentir avec ses sens (les sensations, les perceptions)…avec sa sensibilité..celle de son personnage. Sa sensibilité spirituelle, celle de sa personne n’est pas très développée. Il aurait sûrement besoin de se convertir et de changer sa mentalité…sa façon de penser.

    • Vous avez tout à fait raison. Tous les entretiens de la deuxième partie de mon ouvrage visent précisément à l’amener à l’intangible, en partant de ses présupposés matérialistes, soit à une vision plus spirituelle de la réalité.

      • À la page 21, au centre, dans la création ex nihilo du 1er entretien, vous dites «La question de savoir pourquoi l’homme existe et comment il est apparu sur notre planète est une question qu’il faut poser au paléontologue». À mon avis je dirais plutôt qu’il faudrait la poser au métaphysicien.

        • Le passage auquel vous référez se lit comme suit: «Ainsi, la question de savoir POURQUOI l’homme existe appelle une réponse religieuse. Mais si l’on veut comprendre COMMENT il est apparu sur notre planète, il faut poser la question au paléontologue. Pourquoi ? Comment ? Deux interrogations qui ne se recoupent pas et ne devraient donc pas entrer en conflit.» La distinction entre le pourquoi et le comment est capitale et est une constante de mon ouvrage. En avançant plus loin, vous découvrirez peu à peu qu’elle relève de l’axiome par lequel je définis l’appréhension de la réalité. Ce qui est réservé au paléontologue, c’est l’approche objective de la réalité permettant d’acquérir des connaissances positives, scientifiquement démontrables, sur le monde qui nous entoure. Tandis que toute réponse au pourquoi relève de l’intimité de la personne, de l’appréhension subjective de la réalité à partir de laquelle il peut entrer en relation personnelle avec son Dieu.
          Plus loin dans mon ouvrage vous découvrirez que la réalité est une composante de deux faces d’égale valeur: l’INTÉRIORITÉ et l’EXTÉRIORITÉ. L’exploration de chacune de ces deux voies aboutit à des connaissances que je qualifie de relatives. Quant au philosophe, il accède aux connaissances universelles lorsqu’il englobe sous son regard ces deux types de connaissances relatives. Dans la formulation de votre question, vous combinez les deux. Dans ce sens, vous avez raison d’en attribuer la compétence au métaphysicien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *