Recherche par date
octobre 2020
D L M M J V S
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Archives

“Oui” à l’évangélisation, mais “non” au prosélytisme! Voilà, en une phrase, le résumé d’un rapport de 16 000 mots, titré «Évangélisation, prosélytisme et témoignage commun», rendu public l’été dernier à la suite d’une série de rencontres œcuméniques entre catholiques et pentecôtistes. Un document très important dans lequel les participants des deux confessions rappellent le devoir de tout chrétien de témoigner de l’Évangile et souhaitent que leurs efforts réduisent les tensions qui marquent trop souvent les relations entre les deux groupes.

Un homme sévèrement battu recevait de l’assistance à la suite de conflits tribaux en 2008 à Nairobi, Kenya. L’explosion de violence tribales autour d’une élection présidentielle controversée a alors fait plus de 300 victimes, incluant 30 personnes brûlées vives dans une église pentecôtiste de Eldoret.(photo CNS /Reuters).

À cau­se de la gran­de di­ver­si­té in­hé­ren­te au mou­ve­ment pen­te­cô­tis­te,  les par­ti­ci­pants de cet­te confession ont fait re­mar­quer qu’ils étaient in­ca­pa­bles d’exprimer une po­si­tion of­fi­ciel­le sur dif­fé­rents su­jets. Ils croient tou­te­fois avoir tra­duit une vi­sion des cho­ses «qui fait consen­sus chez la ma­jo­ri­té des pen­te­cô­tis­tes du mon­de».

«Il n’y a qu’un Seul Nom par le­quel nous puis­sions être sau­vés», af­fir­ment en choeur ca­tho­liques et pen­te­cô­tis­tes, re­con­nais­sant ce­pen­dant que leurs Égli­ses «ont des opi­nions di­ver­gen­tes sur l’exis­tence et/ou la signification d’éléments sal­vi­fiques que l’on trou­ve dans les re­li­gions non-chré­tien­nes».

Points d’entente

Parmi les thèmes abordés, mentionnons les fondements bibliques et sys­té­ma­tiques de l’évangélisation; la relation en­tre évan­gé­li­sa­tion et cul­ture; et une ré­flexion sur les per­cep­tions ca­tho­lique et pen­te­cô­tis­te de l’évangélisation et de la jus­ti­ce so­cia­le.

Il exis­te un contras­te éton­nant en­tre la quan­ti­té im­pres­sion­nan­te d’ensei­gnements et de re­cher­ches ca­tho­liques sur ce der­nier point et le nom­bre re­la­ti­ve­ment li­mi­té de do­cu­ments pen­te­cô­tis­tes à ce su­jet. Ce qui ne tra­duit pas, no­te le rap­port, un dés­in­té­rêt pour les ques­tions so­cia­les par­mi les pen­te­cô­tis­tes.

Les deux confes­sions s’en­tendent: «La Pa­ro­le de Dieu est la fon­dement à la fois de l’évangélisation et de la jus­ti­ce so­cia­le». Et le nou­veau do­cu­ment in­dique: «Nous som­mes d’ac­cord sur les points sui­vants:
—Évan­gé­li­sa­tion et amour du pro­chain sont in­trin­sè­que­ment liés et cet amour en­traî­ne un tra­vail concret en vue de la jus­ti­ce so­cia­le;
—Tout en nous en­ga­geant dans l’évangélisation, il nous faut ac­cor­der une at­ten­tion par­ti­cu­liè­re au bien-être so­cial de no­tre voi­sin;
—Pen­te­cô­tis­tes, aus­si bien que ca­tho­liques, doi­vent ré­sis­ter au “ré­duc­tio­nis­me”, à l’anthropocentrisme et à la po­li­ti­sa­tion du Christ et de l’Évangile; ain­si qu’à la pri­va­ti­sa­tion du Royau­me et à l’indivi­dualisation de la so­cié­té.»

Pro­sé­ly­tis­me

Dans leurs échan­ges sur le pro­sé­ly­tis­me, les deux Égli­ses en sont ve­nues à la cons­ta­ta­tion que cer­tains de leurs fi­dè­les «ont clai­re­ment éta­bli qu’ils re­fu­sent tout contact en­tre ca­tho­liques et pen­te­cô­tis­tes». D’autres ne veu­lent mê­me pas abor­der la ques­tion du pro­sé­ly­tis­me…

«Nous avons donc dé­ci­dé que l’urgence de la si­tua­tion et l’actuelle né­ces­si­té de pro­cla­mer l’Évangile de fa­çon cré­di­ble exi­geaient que nous lan­cions cet­te dis­cus­sion, af­fir­me le rap­port. Nous dé­si­rons la pu­re pré­di­ca­tion de l’Évangile. Voi­là en quoi consis­te l’évangélisation. Au lieu d’en­trer en conflit, ne pou­vons-nous pas conver­ser en­sem­ble, prier en­sem­ble, ten­ter de coo­pé­rer en­sem­ble?»

Après avoir dé­fi­ni le mot “pro­sé­ly­tis­me”, le do­cu­ment sug­gè­re quelques exem­ples d’actions im­mo­ra­les consi­dé­rées com­me du pro­sé­ly­tis­me plu­tôt que de l’évangélisation.

Il ci­te, en­tre au­tres, tou­tes les for­mes «de pré­sen­ta­tion er­ro­née vo­lon­tai­re des croyan­ces et des pra­tiques des au­tres confes­sions chré­tien­nes», ain­si que tout usa­ge de la for­ce, de la coer­ci­tion, de la flat­te­rie et de la ma­ni­pu­la­tion, y com­pris l’exagération ou la dis­tor­sion des pro­mes­ses bi­bliques, dans le but d’ame­ner d’autres per­son­nes à se join­dre à une Égli­se.

Un té­moi­gna­ge au­then­tique de l’Évangile «por­te la marque de l’amour chré­tien, pré­ci­se le rap­port. Il ne cher­che ja­mais à par­ve­nir à ses pro­pres fins égoïs­tes en cri­ti­quant ou en dé­ni­grant de quelque fa­çon que ce soit une au­tre com­mu­nau­té chré­tien­ne… On doit net­te­ment dis­tin­guer en­tre pro­sé­ly­tis­me et pré­sen­ta­tion lé­gi­ti­me de l’Évangile, fai­te de fa­çon per­sua­si­ve.»

Lorsque des évan­gé­li­sa­teurs té­moi­gnent de leur foi de­vant d’autres chré­tiens, ils ne de­vraient pas «leur sug­gé­rer de chan­ger d’affiliation chré­tien­ne, ni les y en­cou­ra­ger».

En­fin, nuan­ce le do­cu­ment, «nous re­con­nais­sons que si un chré­tien, après avoir en­ten­du une pré­sen­ta­tion lé­gi­ti­me de l’Évangile, choi­sit li­bre­ment de se join­dre à une com­mua­nu­té chré­tien­ne dif­fé­ren­te, on ne de­vrait pas conclu­re auto­ma­ti­que­ment qu’un tel trans­fert ré­sul­te du pro­sé­ly­tis­me» (sour­ce: Le NIC, édition du 15 novembre 1998).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *